Sommes-nous là pour jouer ou pour être sérieux ? écrivait Bataille.
Un demi-siècle plus tard, Marie Arnaud, renouvelle la question. Entre éclat des couleurs et obscurité des tons, douceur des formes et jaillissement des traits, joies et tristesses, le monde de l'artiste se tient dans un équilibre... fragile ?

Entre jeu et sérieux, Marie Arnaud, colle, trace, peint des portraits de femmes, de familles, de troupes, de villes, riches d'histoire, de sentiments, de sensations... à l'image des complexités humaines.
Dans les affiches de nos rues et les encres qui coulent encore de nos enfances, se dessinent les histoires et les vies qui viendront animer ses oeuvres. Du cirque au cinéma, de la musique au loisir, le jeu envahit une société de la fête, qui, à la fin du jeu, au fond de la toile, laisse percer le sérieux, jusqu'à l'inquiétude...

Ce tout se tient dans une dynamique qui résiste. Marie Arnaud colle, fige, ce qui n'est jamais immobile, ce qui demeure, dans son œuvre, en mouvement. Notre esprit et nos sens y voyagent des déchirures fugaces au temps qui s'impose, du visuel immédiat à l'écriture temporelle, des corps fragiles aux regards forts et pénétrants... Ce voyage incessant entre les extrêmes, cette tension entre ce qui se présente et ce qui semble se retirer de la toile, ce jeu, est peut-être le plus sérieux que nous connaissons : le jeu de la vie. 
 
L.Y.
 
 
MOI-2

"...Ses toiles ne sont pas seulement vives, elles semblent vivantes comme pour mieux raconter la société
(du spectacle), (...) un spectacle vivant qui aurait été figé dans l'instant."
(Commentaire récolté lors d'une expo collective)


"Marie Arnaud nous dévoile autant de finesse et de féminité dans ses encres sur papiers crafts que dans la maîtrise graphique de ses collages bigarrés. Elle récolte judicieusement affiches de concerts délavées, vieux magazines et typographies désuètes. Elle  découpe, colle, repeint,  déstructure et remet en scène  le tout pour créer dans chacune de ses œuvres un univers unique et flamboyant... et un brin dadaïste.
Ses collages nous font voyager des années folles au rock'n'roll le plus délicieux, du cirque à la poésie urbaine : à découvrir absolument !!!"
(Catherine)